Street Art : réorganiser l’implication des jeunes urbaines en Afrique de l’Ouest (Histoire)

by Tijs Magagi Hoornaert & Fatou Ndeye Sarr
Babou Diagne Street Art Together Senegal
Country
Afrique de l’Ouest
Language
Francais

Street Art : réorganiser l’implication des jeunes urbaines en Afrique de l’Ouest

MaM Volunteer in Senegal paints a mural in Dakar. Credits: Amanda Nero/IOM
Une volontaire MaM au Sénégal peint une peinture murale à Dakar. Crédit photo : Amanda Nero/OIM

L’Afrique de l’Ouest est une région qui s’urbanise à un rythme rapide. Cela a eu un impact sur ses jeunes, surtout pendant la pandémie lorsque les options de se rencontrer et d’interagir à l’extérieur ont encore diminué. Cependant, ce sont ces jeunes qui devraient être le moteur du changement et participer activement à la formation de leur propre avenir.

 

« Les jeunes sont en première ligne dans la lutte pour bâtir ainsi un avenir meilleur pour tous. La pandémie de la COVID-19 a décelé le besoin urgent du type de changement transformationnel qu’ils recherchent – et les jeunes doivent être de véritables partenaires dans cet effort », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

 

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, nous insistons les solutions élaborées par de jeunes artistes et migrants pour relever des défis tels que l’urbanisation. « Street Art Together » est une activité de sensibilisation mise en œuvre pour et par les jeunes visant à renforcer l’engagement communautaire, la cohésion sociale par le biais d’ateliers créatifs dans les espaces publics. Grâce à la co-création, le street art participatif répond à leurs besoins et à leurs défis tout en suscitant leur créativité.

 

« Street Art Together » est un projet initié par l’OIM en Afrique de l’Ouest et du Centre avec la collaboration de Street Art Sans Frontières. Il s’agit d’une série d’ateliers de peinture gratuits et participatifs organisés dans les espaces publiques et urbaines et animés par des jeunes, des artistes et des migrants de retour. En collaboration avec des membres de la communauté, les participants de « Street Art Together » utilisent des techniques et des matériaux simples, et co-créent des peintures murales colorées qui allègent les zones débraillées des villes d’Afrique de l’Ouest. « Street Art Together » est également un espace qui facilite aux jeunes d’interagir avec leurs communautés sur des sujets tels que les risques liés à la migration irrégulière et les opportunités locales, à partir de leurs propres quartiers.

 

Le début d’un voyage coloré

Des enfants peignant une peinture murale à Niamey. Credits: IOM/Niger
Des enfants peignant une peinture murale à Niamey. Crédit photo: OIM/Niger

En octobre 2019, avant la pandémie, l’OIM au Niger a lancé le projet pilote d’activités street art pour soutenir les jeunes et renforcer la cohésion sociale au sein de leurs communautés. Une première série d’ateliers a été organisée à Niamey et à Agadez. Pendant quatre semaines, les artistes urbains ont formé des migrants de retour, des migrants en transit et des artistes locaux à l’organisation participatives dans le street art. En utilisant seulement des matériaux locaux disponibles, tels que de la peinture au lieu de bombes aérosols, et des formes géométriques simples, les équipes ont animé les rues du Niger avec l’aide de curieux spectateurs.

 

« C’est agréable de voir l’effet qu’un après-midi peut avoir sur les personnes », a déclaré Donald, un migrant en transit depuis le Cameroun. « Ce n’est peut-être pas ma ville, mais c’est une excellente occasion de la rendre belle pour les autres et de créer des amitiés en cours de route. »

 

De ce projet pilote est née la méthodologie participative distincte de la Street art, conçue pour enseigner à quiconque, sans distinction de ses compétences et de son expérience antérieure, comment devenir un animateur d’activités de Street art.

Peindre l’écart entre les genres

Une peinture murale dans les rues de Conakry. Crédit: OIM/Guinée Conakry
Une peinture murale dans les rues de Conakry. Crédit: OIM/Guinée Conakry

« Street Art Together » est une activité qui permet aux participants d’échanger des points de vue et parfois de changer les mentalités sur la migration au sein de leur communauté. Plusieurs concepts dans les sociétés de l’Afrique de l’Ouest, notamment certaines « stéréotypes migratoires » restent souvent masculins. Afin de dénoncer ce manquement et de permettre aux femmes de s’exprimer et d’entrer dans la mémoire collective d’une communauté, les volontaires ont commencé à utiliser « Street Art Together » comme un tremplin pour défier l’esprit de leur communauté.

 

En Guinée, des migrants comme messagers Volontaires et artistes locaux ont créé une fresque murale colorée dans les locaux d’un centre de migration sous le thème « Une femme, une image ». Avec cette murale, ils ont l’intention de sensibiliser rapport à la violence basée sur le genre, et comment cela peut être un facteur d’incitation pour beaucoup dans la poursuite des voyages de migration irrégulière.

 

Mariam, une Volontaire, a estimé que son histoire pourrait avoir un impact sur son environnement. « Mon expérience m’a permis de noter qu’il y avait une tendance à placer des femmes dans des positions très dangereuses », explique-t-elle. « Grâce au Street Art Together, je suis en mesure de créer l’image de confiance et de force pour m’encourager à trouver la joie et le bonheur dans mon pays et au sein de ma communauté. »

 

#EveryoneCanPaint

 

Word Travels et les images encore plus rapides. Des photos, des murs colorés, des bâtiments et des ponts peints ont été partagées dans toute la région sur les réseaux sociaux. Tout le monde peut peindre est le slogan d’un atelier de « Street Art Together » ; « Je passais juste à autre endroit lorsque j’ai vu cette belle œuvre en cours de réalisation. Je suis secouriste, mais j’ai rejoint l’activité avec plaisir. On pourrait dire que cette peinture murale est faite par des artistes, mais la vérité est qu’elle est faite par des personnes comme moi qui viennent de passer », dit Abdou du Sénégal.

 

Les activités menées au Sénégal ont prouvé que l’art est un outil puissant de communication et d’autonomisation. Les murales rappellent quotidiennement à la communauté l’importance de s’écouter et d’être entendus les uns par les autres.

 

Moustapha Badiane, un peintre sénégalais est heureux de partager la star avec toutes les personnes qui ont participé : « Ce n’est pas l’œuvre d’un ou plusieurs artistes, c’est l’œuvre de toute une communauté. Je pense que tout le monde s’y met un peu, les enfants, les filles, les volontaires... tout le monde est là. C’est notre travail à tous.

Bamba Diagne a organisé l'activité Street Art Together à Dakar, au Sénégal. Crédit photo: Amanda Nero/OIM
Bamba Diagne a organisé l'activité Street Art Together à Dakar, au Sénégal. Crédit photo: Amanda Nero/OIM

Changer les perceptions

 

Dès ses débuts, Street Art Together a transformé les murs de la ville en toile d’expression créative au sein des communautés. En Gambie, des ateliers ont été organisés au sein du Centre d’information sur les migrations à Basse, dans la « Upper River Region ». En plus d’être un moyen de renforcer la cohésion et la collaboration entre les jeunes, les ateliers ont suscité une toile de fond dynamique, moderne et mémorable pour le centre - visant à attirer les jeunes pour amplifier l’engagement dans l’espace.

 

Les ateliers de peinture rassemblent des migrants, des migrants de retour et des membres de la communauté, petits et grands, hommes et femmes. C’est un moyen de faire tomber les barrières et de corriger les idées fausses nuisibles qui pourraient vivre parmi eux. Ces changements vont au-delà des murs.

 

Fatou Badjie, migrante de retour et survivante de la traite des personnes, résume : « Street art, comme une expression de ses émotions... par le biais de l’art ».

 

 

#YourStreetArt

 

Qu’apportera le reste de l’années 2021 pour Street Art Together ? Un nouveau portail sur Yenna.org, le portail d’apprentissage de l’OIM pour l’engagement communautaire, a été lancé à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse afin de mettre l’accent sur la capacité des jeunes à apporter des changements positifs dans leur communauté. Le tout nouveau portail contient des modules numériques permettant aux jeunes et les experts en sensibilisation travaillant sur la migration d’apprendre et de mener un atelier Street Art Together partout où ils jugent le nécessaire.

 

L’OIM est impatiente de créer un réseau de jeunes, de migrants de retour et d’artistes urbain à travers l’Afrique de l’Ouest et du Centre, unis dans leur quête pour apporter des messages migratoires importants à travers leur propre expérience et interprétation.

 

Les murs peints à travers « Street Art Together » en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Gambie, en Guinée-Bissau, en Guinée Conakry, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et en Sierra Leone sont un premier pas dans la bonne direction. Maintenant, nous passons le pinceau et la peinture aux jeunes de toute la région pour continuer le travail. « Street art » peut être un moyen pour les jeunes de revendiquer leur propre « espace », d’imaginer des solutions et de façonner un avenir coloré.

Street Art Sans Frontières a réalisé la première fresque de Street Art à Niamey en 2019. Crédit photo: OIM/Niger
Street Art Sans Frontières a réalisé la première fresque de Street Art à Niamey en 2019. Crédit photo: OIM/Niger