Fatoumata
Guinea
Fatoumata a 26 ans et vit à Conakry depuis la fin de son master obtenu au Sénégal. Elle est très sensible aux causes humanitaires et représente aujourd'hui une actrice majeure pour la défence des droits des femmes guinéennes.
Fatoumata est une changemaker basée à Conakry, la capitale guinéenne. Titulaire depuis 2018 d’un master 2 en Techniques bancaires et financières délivré par l’université BEM Management School Dakar, elle travaille à seulement 26 ans, comme comptable dans une entreprise guinéenne. Férue de cause humanitaire, d’écriture et de lecture, Fatoumata anime un blog où entre autres missions, elle se voue à la défense de la cause des femmes guinéennes en général et des victimes de mutilations génitales féminines en particulier. Son engagement lui a récemment valu le prix d'écriture Enabel du 8 Mars 2020, avec une oeuvre intitulée « Confidences d’une mère à sa fille ». « J’écris avec l’espoir qu’un jour, mes mots contribuent à combattre les maux que nous inflige notre société. Dans mon texte, je parle à ma fille, ainsi qu’à toutes les mères pour que dans un proche avenir, nous soyons épanouies », nous a-t-elle expliqué au lendemain de sa victoire.

Outre la défense de la gent féminine, Fatoumata s’investit aussi en marge de ses activités professionnelles, dans la promotion d’une migration sûre, digne et ordonnée, bénéfique à tous. A son retour en Guinée, elle participe comme chargée de la communication, à une large campagne de sensibilisation contre la migration irrégulière, organisée par le Réseau national des acteurs du développement durable de Guinée (RENADE) dans plusieurs universités de Conakry. « C’est grâce à mon séjour au Sénégal et à une expérience dans des ONG humanitaires comme Amnesty International Sénégal, que j’ai compris que la migration peut être vraiment positive pour une communauté si elle est bien gérée. Je me suis aussi rendu compte à quel point la migration irrégulière représente un problème non seulement pour les candidats au voyage, mais plus largement pour nos Etats », se souvient-elle.

Pour sa formation au Sénégal, Fatoumata a bénéficié d’une bourse d’étude d’une université privée de Conakry. Elle venait alors d’y valider avec brio une licence en Économies-Finances.

Devenir volontaire MaM est pour cette actrice un moyen efficace de montrer à la jeunesse guinéenne qu’on peut aussi se former dans la sous-région Ouest-africaine et rentrer servir son pays. Elle entend également partager son expérience et ses connaissances en techniques de l’information et de la communication avec les autres volontaires du projet, une manière de booster davantage la réussite des activités de sensibilisation à l’intention des populations.

Returned migrants play a central role as Volunteers in the development, planning and implementation of the Migrants as Messengers campaign.

Through their stories, the learnings from their migratory experiences and their creativity, MaM Volunteers are the principal authors and actors of the campaign. From 2019-2022, a community of more than 300 volunteers across 7 countries will develop and grow. This community will also have access to diversified training and capacity-building opportunities and be invited to regular activities to support the development of an organic and sustainable community. Female engagement plays an important role within the MaM Volunteer community as they will take the lead in shaping women-to-women dialogue sessions and engaging female audiences more generally.

See all volunteers