Nicole
Guinea
Nicole est une jeune femme à plusieurs casquettes, animée d’une énergie débordante et d’une forte envie d’entreprendre en Guinée. Elle est volontaire MaM depuis mai 2020 et après un séjour tumultueux en Belgique, elle entends porter la voix de celles qui ont connu des difficultés en Europe.
Après avoir obtenu avec brio à seulement 21 ans un diplôme d’ingénieure bâtiment délivré par la plus prestigieuse faculté de génie civil du pays, Nicole part à l’assaut du marcher de l’emploi et aidée par des stages qu’elle a effectués durant sa formation, elle décroche un poste dans l’une des principales entreprises de construction en Guinée. En 2014, à l’issue de plusieurs expériences au sein de différentes entreprises guinéennes, Nicole signe un contrat avec le groupe COPEOL et pose ses valise au Sénégal comme ingénieure de suivi. Elle y travaille durant un an et décide de rentrer en Guinée pour explorer d’autres horizons professionnels.

Pour Nicole, tout bascule en 2015, après un voyage en Belgique pour des raisons conjugales. « Le problème n’est pas la Belgique. Il y a de bonnes et de mauvaises personnes partout. Et mois je suis tombé sur la mauvaise, c’est cela le problème », soupire-t-elle.

Dans ce pays européen, la jeune entrepreneure a fait face à de nombreuses difficultés, une situation qui l’a conforté dans sa décision de rentrer en Guinée. « A ce moment-là j’ai pris conscience de la précarité dans laquelle vivent les africains en Europe, surtout ceux en situation irrégulière vivant dans les centre de rétention. Beaucoup de personnes que j’ai rencontré durant mon séjour m’ont dissuadé de rentrer, mais moi je me suis dit que j’ai un diplôme et que rien ne valait la peine si c’est pour rester en Europe pour être enfermé ou se faire insulter », explique la volontaire. C’est ainsi que 8 mois après son arrivée en Belgique, elle décide de rentrer alors que son titre de séjour était encore valide.

Depuis son retour en Guinée, Nicole enchaine les projets. En 2018 elle travaille durant 4 mois comme agent commercial à la cellule de communication du gouvernement guinéens. Elle devient ensuite cheffe du bureau guinéen de African team compagnie, une entreprise française qui développe des sites web. Et depuis fin 2019, elle est la représentante en Guinée de Cardio Service Belgique. A ces activités s’ajoutent des collaborations comme indépendante avec des entreprises de BTP et une boite de vente en ligne qu’elle gère en toute autonomie.

C’est indéniable, Nicole est de celles qui ne baissent pas les bras. A travers le projet Migrants As Messengers, elle compte informer les jeunes guinéens en général et les filles en particulier des dangers que représente les illusion sur la vie en Europe. « Je ne souhaite à aucune fille de vivre ce que j’ai vécu », nous a-t-elle confié lors de notre entretien.

Returned migrants play a central role as Volunteers in the development, planning and implementation of the Migrants as Messengers campaign.

Through their stories, the learnings from their migratory experiences and their creativity, MaM Volunteers are the principal authors and actors of the campaign. From 2019-2022, a community of more than 300 volunteers across 7 countries will develop and grow. This community will also have access to diversified training and capacity-building opportunities and be invited to regular activities to support the development of an organic and sustainable community. Female engagement plays an important role within the MaM Volunteer community as they will take the lead in shaping women-to-women dialogue sessions and engaging female audiences more generally.

See all volunteers