Bah
Guinea
Bah, 27 ans, a réalisé en 2019, un film intitulé « L’immigrant », une production inspirée de son propre parcours migratoire. Ce film de 47 minutes est pour ce volontaire, une manière de sensibiliser les populations guinéennes aux dangers de la migration irrégulière.
C’est en mai 2017 que Mamadou Bailo décide de partir de sa ville natale avec comme destination le vieux continent et comme objectif, sortir sa famille de la pauvreté. Mais c’était sans compter sur les nombreux obstacles qui l’attendaient sur la route. Après avoir traversé le Mali, il arrive à Alger (Algérie), où durant 3 mois il travaille dans le secteur du bâtiment. Désireux d’atteindre l’Europe par la mer, il se rend en Lybie pour préparer sa traversée. Là, Mamadou Baillo perd sa liberté et se retrouve emprisonné à divers endroits gérés par les autorités en place ou par des groups armés. Durant plusieurs mois, il fut l’objet de mauvais traitements (torture, manque de nourriture, hygiène déplorable, travail forcé…)

A travers « L’immigrant », un projet qu’il a imaginé au cours de son séjour dans les prisons libyennes, Mamadou Baïlo se sent désormais investi d’une nouvelle mission. « « En abordant ces différents aspects, je veux montrer que la route migratoire n’est pas la solution : mieux vaut rester chez soi pour travailler et développer son projet personnel ».

Afin de véhiculer ce message, le jeune bénévole a pris part depuis son retour, à plusieurs activités de sensibilisation initiées par OIM Guinée auprès du publique Guinéen. C’était notamment le cas lors de la célébration de la Journée Internationale des Migrants de 2019, ou encore lors d’une caravane de sensibilisation organisée par l’agence des Nations Unies chargée des migration en janvier et février 2020 dans les régions de Mamou (Moyenne Guinée) et de Kankan (Haute Guinée). Durant ces apparitions en publiques, le volontaire a présenté son film et à travers celui-ci, son parcours et les difficultés qu’il a rencontrées sur la route.

Depuis sa finalisation, le film « L’immigrant » a été projeté 2 fois à Dinguiraye en août 2019 et la bande annonce a été mise en ligne. Mamadou Baillo mène aussi des démarches auprès de médias nationaux et internationaux pour faire connaitre le produit. Ces démarches lui ont notamment valu un article et une émission sur la chaîne de télévision France 24. Aussi, dans le cadre de la mise en oeuvre de la phase 2 de MaM, l’oeuvre a été diffusée en publique a une vingtaine de reprise à Conakry et à l’intérieur de la Guinée, notamment à l’occasion de la journée des migrants. Ces projections ont en outre permis au jeune réalisateur de partager avec les spectateur son parcours migratoire. Et il a décidé de rejoindre l’équipe des volontaires du projet MaM pour contribuer davantage à la promotion d’une migration sûre et ordonnée.

Returned migrants play a central role as Volunteers in the development, planning and implementation of the Migrants as Messengers campaign.

Through their stories, the learnings from their migratory experiences and their creativity, MaM Volunteers are the principal authors and actors of the campaign. From 2019-2022, a community of more than 300 volunteers across 7 countries will develop and grow. This community will also have access to diversified training and capacity-building opportunities and be invited to regular activities to support the development of an organic and sustainable community. Female engagement plays an important role within the MaM Volunteer community as they will take the lead in shaping women-to-women dialogue sessions and engaging female audiences more generally.

See all volunteers